accueil2015

karine Mazel Noury - Les mots tissés - accueil

 

Le Conservatoire Contemporain de littérature Orale est le lieu historique et emblématique de ce qu’on appelle aujourd’hui «le renouveau du conte». Fondé par Bruno De La Salle, il œuvre depuis plus de 30 ans auprès du public et des conteurs dans un esprit d’ouverture, de transmission et de recherche.
Sans notre mobilisation il fermera ses portes le 1er janvier prochain faute de soutien public suffisant.
Le CLIO embrasse du regard les récits fondateurs de l’humanité et leur inscription dans le monde d’aujourd’hui (mythes, épopées, contes). Il propose un travail sur la langue et l’écriture au service d’une oralité poétique et exigeante.
Il défend une parole à la fois ancrée dans une culture et qui cherche.
Grâce au CLIO des centaines de conteurs et conteuses ont essaimés leurs histoires et fertilisés les champs de l’imaginaire collectif.
Même si d’autres projets voient le jour autours des récits épiques et mythologiques, ils seront comme amputés de leur branche maitresse, privés des trente années de réflexion et de recherche du CLIO. Croire qu’un projet peut en remplacer un autre est une erreur, le manque créé ne sera pas comblé.
La volonté politique qui s’exprime dans ce retrait est inquiétante pour tous et toutes. Elle est le signe d’une ignorance et d’un matérialisme forcené. Elle affirme la primauté des chiffres et des procédures sur l’intérêt collectif. Elle méprise le travail de la nouvelle équipe du CLIO qui est porteuse d’un projet cohérent, solide, et qui honore le cahier des charges imposé.(voir le projet ici)

Pour tout cela, je vous invite à signer ici la pétition de soutien au CLIO :

et à signer le manifeste pour les Arts de la parole et de l’Oralité :

Vous êtes également invités à vous joindre à nous le 13 septembre prochain de 10h à 17H sous les colonnes de Buren dans la cours d’honneur du palais royal (M°1 Palais-Royal, Musée du Louvre), pour manifester votre soutient à cette parole poétique et émancipatrice. Conteurs, musiciens et performeurs se succèderont pour faire entendre leur voix.